Aller au contenu

Economie

OE2022, réforme de IRS pour les jeunes

La proposition du budget de l’État pour 2022 apporte plusieurs réformes de IRS pour les jeunes (IRS Jovem), prévoyant qu’il sera accordé automatiquement, qu’il couvrira les revenus provenant d’une activité indépendante et qu’il sera appliqué pendant cinq ans au lieu des trois ans initialement prévus lors du lancement de la mesure.

Fin des rendez-vous dans les services publics au Portugal

Il était temps, depuis plus de 1 an nous devions prendre préalablement un rendez-vous pour accéder aux différents services publics au Portugal, ce qui avait pour conséquence de rallongé certaine démarche. Selon le plan de déconfinement covid-19 approuvé par le Conseil des ministres l’accès au différent service de l’état se fera sans rendez-vous dès aujourd’hui.

TVA, électricité, péage au Portugal

Le début du mois de juillet apporte plusieurs nouveautés avec l’entrée en vigueur de mesures déjà annoncées. C’est le cas de l’électricité, qui sera plus chère pour certains ménages, des modifications de la TVA sur le e-commerce et l’interdiction des plastiques à usage unique.

Ce qui change au Portugal en 2021

Le budget de l’État pour 2021 (OE2021) apporte à partir du 1er janvier 2021, 18 changements, allant de l’augmentation du salaire minimum et de la baisse des pensions à la création de nouvelle aide sociale jusqu’à la réduction de la TVA sur l’électricité. Fessons le tour ensemble sur ce qui change au Portugal en 2021.

Le Portugal prêt à financer une augmentation du salaire minimum

Le gouvernement réfléchit à la possibilité de prendre en charge à travers le budget d’état une partie de l’augmentation du salaire minimum. Cette mesure qui prévoit de prendre en charge une partie de l’impôt social unique (ISU), correspondant à la hausse des charges liées à l’augmentation de 30 euros du salaire minimum national sera financée par le budget de l’État.

Aide pour les micro-entreprises peuvent aller jusqu’a 5000 euros

Dans le cadre des mesures de soutien mie en place pour aider les entreprises à faire face à la situation économique et dans le cadre de la reprise d’activité des micro-entreprises. Le gouvernement prévoit des subventions non remboursables à hauteur de 80 % pour les investissements destinés à créer des conditions sanitaires adaptées à la pandémie.