POURQUOI CHOISIR LE PORTUGAL PLUTÔT QUE ITALIE !

Depuis le 1er janvier, l’Italie cherche à séduire les retraités européens avec une fiscalité réduite. Pour ceux qui viennent s’installer dans la Péninsule. Ils nous semblaient judicieux de faire un petit comparatif entre le Portugal et Italie.  

Bénéfice fiscal italien

Le 1er janvier 2019 une flat tax introduite dans la loi de Finances italienne 2019, à destination des retraités. La mesure permet de bénéficier d’une taxation limitée à 7% sur les pensions de retraites ainsi que sur les revenus de source étrangère. Cette taxation n’est valable que pendant 5 ans.

Les conditions: s’installer dans l’une des huit régions du Sud de la Botte. Au choix, un village de moins de 20.000 habitants, situé en Sicile, Calabre, Campanie, Pouilles, Sardaigne, dans le Molise, Basilicate ou dans les Abruzzes.

Le coût de la vie en Italie

Le coût de la vie est en Italie est plus ou moins le même qu’en France. Il faut s’attendre à avoir des prix plus élevés dans les grandes villes. Il est à noter que les tarifs d’électricité, de gaz et de téléphone sont plus élevés qu’en France.

Bénéfice fiscal portugais

Le statut de résident non habituel (RNH) permet une exonération totale de votre pension de retraite pour une durée de 10 ans. Le RNH permet également aux actifs de bénéficier d’un taux d’imposition limitée à 20 % pendant une durée de 10 ans. 

Les conditions: Ne jamais avoir résidé fiscalement au Portugal dans les 5 années précédant votre installation.  Pour les actifs, exercer une activité à forte valeur ajoutée. 

Le coût de la vie au Portugal

Le cout de la vie est au Portugal est d’environs 30 à 35 % moins chers quand France, dans le centre et le nord du Portugal. Au sud les prix pratiqués sont plus ou moins équivalents à la France. Il est à noter que les tarifs d’électricité, de gaz et de téléphone sont proches de ceux pratiqués en France.


L’Europe connaissait déjà la concurrence fiscale entre ses Etats membres pour accueillir les sièges de multinationales. Mais les exemples italien et portugais montrent que le pouvoir d’achat des retraités des pays d’Europe du Nord, plus élevé que celui de leurs voisins du Sud, pourrait devenir un nouvel enjeu de la compétition intra-européenne.