Le président de la République portugaise dissout le parlement

Une semaine et un jour après le rejet du budget 2022, le président de la République portugaise a décidé de dissoudre l’Assemblée de la République et de convoquer des élections pour le 30 janvier 2022. 

Le président de la République portugaise dissout le parlement

C’est la première fois en 45 ans d’Assemblée que le budget d’état n’a pas été approuvé. Le rejet ne s’est produit à aucun moment, de toute façon, c’est un moment décisif pour les Portugais, ce fut une année décisive au Portugal pour la sortie durable de la pandémie et de la crise (…) En un mot, c’était un budget particulièrement important à une époque particulièrement importante pour nous tous », a-t-il commencé par dire.

Selon le chef de l’État, « ce n’était pas un rejet ponctuel, des circonstances, pour des désaccords mineurs » entre le PS et les partis de sa gauche qui permettait les budgets précédents, PCP, BE et ENP, et qui ont maintenant voté contre. « C’était fondamental, de fond, en raison de divergences plus importantes, dans les domaines sociaux pertinents, dans le budget ou au-delà, tels que la sécurité sociale ou la législation du travail » a-t-il répliqué. « Des divergences si grandes qu’elles sont devenues insurmontables », a-t-il souligné, comprenant qu' »il n’y avait pas de troisième voie ».

Selon lui, dans les circonstances actuelles, ce résultat est incompréhensible pour les Portugais. « Rien de moins compréhensible, je pense, pour le citoyen ordinaire, qui voulait que le budget soit adopté, qui s’attendait vraiment à ce qu’il soit adopté, qui comprenait qu’une crise de santé suffisait, une autre dans l’économie, une autre dans la société, et que pour cette raison, il a dispensée, j’en suis sûr, encore plus

Le président de la République portugaise a défendu que « dans des moments comme celui-ci, il y a toujours une solution dans la démocratie, sans dramatisations, ni crainte » et que « il fait partie de la vie propre à la vie de la démocratie de rendre le mot au peuple ».

La mise en place de nouvelle élection législative est le seul moyen qui permet aux Portugais de rencontrer à nouveau leurs représentants nationaux, de décider de ce qu’ils veulent pour les années à venir, qui sont des années décisives, dans les effets de la pandémie, en volume de fonds, pour reconstruire l’économie et la société ». « Et choisissez ceux qui voteront dès que possible sur le budget dont le Portugal a besoin » a-t-il ajouté.

Selon la Constitution, des élections législatives anticipées doivent avoir lieu dans les 60 jours suivant la dissolution du parlement qui ne peut donc être décrétée qu’à partir du 1er décembre.