La semaine dernière se tenait le salon de l’immobilier et du tourisme portugais. Entrepreneurs, retraités ou particuliers plus jeunes espèrent obtenir de bons conseils pour réaliser un bon investissement.

Le Portugal n’a pas fini de faire les yeux doux aux Français. Le salon de l’immobilier et du tourisme portugais, qui se tenait à Paris la semaine dernière et célébrait sa septième édition. Comme chaque année, il devrait convaincre son lot de visiteurs attirés par le Portugal. Il faut dire que pays ne manque pas d’attraits pour séduire les étrangers.

S’installer au Portugal est une «évidence» pour un couple de retraités venu en quête d’informations. Ils disent même n’avoir jamais considéré d’autres options. Premier argument cité: les prix. «La vie n’y est pas chère» confient-ils et rajoutent qu’ils ont entendu dire que la fiscalité y serait particulièrement avantageuse. Si le couple ne semble pas encore au fait des subtilités du droit portugais. Les privilèges fiscaux du Portugal tiennent en grande part au statut de «résident non habituel», qui offre, pour une période de 10 ans, une exonération d’impôts sur les revenus en provenance de l’étranger.

Mais le Portugal attire aussi des particuliers plus jeunes ainsi que des entrepreneurs qui se précipitent vers la pierre portugaise. À l’image d’une Parisienne, qui souhaite acquérir des appartements sur la côte de l’Algarve pour les louer et un jour les revendre. Les prix immobiliers ont augmenté de 7,5 % au Portugal en 2017. La hausse atteint même 20% à Lisbonne et à Porto au quatrième trimestre 2017. Mais si ces chiffres impressionnent, ils sont à relativiser à l’aune de la crise qui paralysait le pays jusqu’à peu.

«À ceux qui disent qu’il est trop tard pour acheter, je réponds que c’est complètement faux», a déclaré Carlos Vinhas Pereira, président de la chambre de commerce et d’industrie franco-portugaise. Il explique même que le «potentiel est encore à rattraper» en évoquant l’évolution du secteur.

Si vous songez déjà à rejoindre la terre de Fernando Pessoa, un détour par le centre du pays pourrait s’avérer judicieux. La destination attire, et pour cause: avec des prix de 30% à 35 % moins élevés que dans l’Hexagone selon Carlos Vinhas Pereira, la région est encore moins chère que Lisbonne ou l’Algarve….De quoi donner quelques idées aux Français intéressés.