L’intérieur des terres au Portugal se dépeuple

intérieur des terres au Portugal

Les chiffres ne laissent aucune place au doute, même après une deuxième relecture. C’est une triste vérité, L’intérieur des terres au Portugal se dépeuple. Le Portugal risque de se retrouver dans une situation de non-retour et par conséquent, il serait très inquiétant de ne pas remédier a ça, à déclaré Fernandes de Matos lors de l’une des analyses des résultats préliminaires du recensement de 2021.

L’intérieur des terres au Portugal se dépeuple

Les données publiées aujourd’hui par l’Institut national de statistique (INE) indiquent qu’au cours de la dernière décennie entre 2011 et 2021, le Portugal a enregistré une baisse de la population de 2 %. Ce qui se traduit par une surpopulation des villes côtières et une concentration de la population dans la capitale.

Pour le chercheur en développement régional, professeur à l’Université de Beira Interior Fernandes de Matos. Il est encore à temps d’arrêter le processus de dépeuplement de l’intérieur des terres au Portugal.

Ces données confirment que les politiques publiques n’ont pas eu les résultats escomptés. La politique régionale d’une certaine manière, vise à réduire les asymétries et ce que nous avons vu c’est que malgré les millions qui ont été investis chaque année, ces investissement n’ont pas produit les résultats qu’ils étaient censés produire. De sorte que l’intérieur du Portugal et très concrètement le centre intérieur, continue de ce vider pour ne pas dire mourir, a souligné Fernandes de Matos dans des déclarations à l’agence de presse Lusa.

Du point de vue du chercheur, « l’intérieur désertifié et le littoral surpeuplé sont un dé-économique », avec des coûts économiques, sociaux et environnementaux important, de sorte que la solution doit être d’inverser les politiques publiques.

Le scénario présenté dans les résultats préliminaires du recensement de 2021 « n’est pas encourageant » et pour certains zone à l’intérieur du pays, est une véritable débâcle, a indiqué Fernandes de Matos. Il considére que la population diminue entre 14 % et 18 % dans certaine zone, comme c’est le cas à Almeida (-18,8 %), Celorico da Beira (-14,4 %), Figueira de Castelo Rodrigo (-17,7 %), Idanha-a-Nova (-14,2 %), Manteigas (-15,2 %), Potters (-14,4 %), Penamacor (-16,2 %), Pinhel (-15,9 %) et Proença-a-Nova (-14,0 %).

Covilhã, ville universitaire voie sa population diminuer de 10,3 % sur dix ans, c’est beaucoup », a ajouté le professeur de l’Université de Beira Interior, expliquant qu’il a été difficile de retenir les gens dans la sous-région de Beiras et de Serra da Estrela, également parce qu’il y a « une énorme vague de jeunes qui partent à l’étranger », qui sont qualifiés mais qui ne trouvent pas de bonnes conditions de travail pour continuer au Portugal.

En ce sens, le chercheur a déclaré que le Portugal n’a pas été en mesure de monétiser ses ressources, y compris ses ressources humaines, arguant que la solution implique « la création de revenus », car « le travail mal rémunéré ne favorise pas le développement ».

Les décideurs publics ainsi que les investisseurs privées, doivent examiner ces données très attentivement et une fois pour toutes, trouver une plate-forme de dialogue, de collaboration, pour inverser ces chiffres et rapidement, parce que je dirais qu’il n’est pas encore trop tard » a déclaré Fernandes de Matos.

Défendant un « nouveau cycle » de concentration de la population sur la côte du pays, le professeur à l’Université de Beira Interior a averti que l’intérieur est « de plus en plus épuisé en ressources et en ressources démographiques », nécessitant une meilleure articulation de la politique de développement régional, qu’elle soit nationale ou européenne, et « un grand effort de politiques publiques pour relancer l’économie régionale ».

Le Portugal compte aujourd’hui 10 347 892 habitants, soit 214 286 de moins qu’en 2011, selon les résultats préliminaires du recensement de 2021. En termes de recensement, la seule décennie au cours de laquelle il y a eu une diminution de la population a eu lieu entre 1960 et 1970, indiquait l’INE.