Ce qui change au Portugal en 2021

portugal en 2021

Le budget de l’État pour 2021 (OE2021) apporte à partir du 1er janvier 2021, 18 changements, allant de l’augmentation du salaire minimum et de la baisse des pensions à la création de nouvelle aide sociale jusqu’à la réduction de la TVA sur l’électricité. Fessons le tour ensemble sur ce qui change au Portugal en 2021.

Ce qui change au Portugal en 2021

1. Augmentation du salaire minimum

Le salaire minimum national (SMN) pour l’année 2021 est fixé à 665 euros. Il s’agit d’une augmentation de 30 euros par rapport à 2020 (+ 4,7 %) et d’une augmentation de 160 euros (+ 32 %) par rapport à 2015. Cette augmentation aura également un impact sur les salaires des travailleurs de l’administration publique (AP) en 2021.

2.Augmentation des pensions de retraite

Les retraités ayant des pensions allant jusqu’à 658,2 € bénéficieront d’une augmentation extraordinaire de 10 €. Le ministère des Finances garantit que cette augmentation « garantira des gains réels de pouvoir d’achat à environ 1,9 million de retraités ». L’augmentation pour le mois de janvier sera versée conjointement avec le mois de février.

3. Nouveau soutien social pour les travailleurs non protégés

Les travailleurs qui ont subi des diminutions de revenus en raison de la crise pandémique. Ils recevront un nouveau soutien social extraordinaire, qui sera basé sur la valeur du seuil de pauvreté (501,16 €). On estime que la nouvelle prestation sociale pourrait atteindre 258 000 personnes. L’aide couvrira les salariés qui perdent l’accès aux allocations de chômage en 2021 ; les travailleurs indépendants économiquement dépendants ; les travailleurs indépendants ayant au moins trois mois de cotisations dans les 12 mois précédant la demande et dont la facturation est inférieure à plus de 40 %.

4. Hausse des allocations de chômage minimales et les prestations sont prolongées de six mois

En 2021, le seuil minimum d’allocation chômage passera de 438,81 € à 504,6 € pour les travailleurs à temps plein, couvrant environ 130 000 personnes. Dans le même temps, les travailleurs dont l’allocation de chômage expire en 2021 auront droit à une prolongation de cette aide de six mois supplémentaires.

5. Garderies gratuites pour plus de 60 000 enfants

En 2021, les crèches gratuites couvriront tous les enfants fréquentant une garderie publique ou un système de coopération. La mesure est destinée aux ménages appartenant aux 1ère et 2ème tranches de revenus et pourrait bénéficier à 60 000 enfants.

6. Le soutien extraordinaire au redressement progressif

L’Aide Extraordinaire à la Reprise Progressive est prolongée jusqu’au 30 juin 2021 et prévoit le versement de 100% de la rémunération dans la limite de trois minima (1 995 euros). Le plein salaire couvre également les travailleurs qui sont mis à pied.

7. Plus de médecins, plus de lits et plus d’équipement pour le SNS

L’OE2021 comprend l’embauche de 4 200 salariés pour le Service national de santé et 261 travailleurs supplémentaires pour l’INEM ; le renforcement des Unités de Soins Continus, avec 400 nouveaux lits pour le réseau général, dix Unités de Jour et Promotion de l’Autonomie (200 places), 600 nouvelles places dans les CCI Santé Mentale ; en plus d’un renforcement de 150 millions d’euros en soins de santé primaires pour les équipements et installations et 50,5 millions d’euros pour le remplacement et l’achat de fournitures hospitalières lourdes.

8. Autonomies et moderniser l’école publique

Au cours de l’année 2021, cinq mille autres assistants opérationnels seront embauchés pour les écoles publiques et une réserve de 400 millions d’euros est prévue pour un programme de numérisation des écoles.

9. Ajustement des tables de retenue à la source de l’IRS

En 2021, le Gouvernement promet de poursuivre la voie progressive et progressive pour brouiller l’écart entre les prélèvements à la source effectués par les travailleurs dépendants et le montant définitif de l’impôt à payer. Cet ajustement permettra de mettre environ 200 millions d’euros à la disposition des ménages l’année prochaine, estime le ministère des Finances.

10. Le plafond d’exemption d’IRS augmente de 100 €

Le plafond d’exemption d’IRS augmente de 100€. le montant minimum jusqu’à concurrence duquel les contribuables sont exonérés du paiement de l’IRS, sera augmenté de 100 euros à 9 215 euros. Il y a environ 30 000 nouveaux agrégats qui seront donc également exonérés de cette taxe, révèle le ministère des Finances.

11. Réduction de la TVA sur l’électricité

La réduction de la TVA sur l’électricité – à un taux intermédiaire de 13 % pour la consommation jusqu’à 100 kilowattheures (kWh) de consommation mensuelle – est entrée en vigueur le 1er décembre, ce qui signifie que la facture de janvier peut déjà refléter des économies. À partir de mars 2021, les familles nombreuses (agrégats à cinq éléments ou plus) bénéficieront d’une augmentation de 50 % et le taux de TVA de 13 % s’applique à la consommation jusqu’à 150 kWh par mois.

12. Interdiction de couper l’eau, l’électricité, le gaz et les communications au cours du premier semestre

Il existe une règle dans le OE2021 qui interdit la coupure des services essentiels comme l’approvisionnement en eau, l’électricité, le gaz naturel ou les communications (dans ce dernier cas, si le consommateur est au chômage, a une baisse de revenu supérieure à 20% ou est infecté par le COVID19) au cours du premier semestre 2021.

13. Crédit d’impôt à l’investissement extraordinaire

Le Crédit d’Impôt Extraordinaire à l’Investissement est une déduction sur la perception des CRI correspondant à 20% des frais de placement engagés jusqu’à la fin du premier semestre 2021, dans la limite de 5 millions d’euros, à utiliser pour une durée maximale de cinq ans. Elle impose le maintien d’emplois pendant la période d’utilisation du crédit d’impôt, avec un minimum de trois ans.

14. Le paiement de la TVA et de l’IRC peut être effectué par versements échelonnés

Au cours du premier semestre 2021, les entreprises et les travailleurs indépendants peuvent bénéficier d’une phase de mise en place spéciale et transitoire des livraisons de TVA. Le respect des régimes de prestations se fait auprès de l’administration fiscale.

15. IVAucher encourage la consommation dans les secteurs les plus touchés par la pandémie

Le programme IVAucher vise à stimuler la consommation dans les secteurs les plus touchés par la pandémie tout en augmentant le revenu disponible des ménages d’environ 200 millions d’euros. Les consommateurs pourront accumuler 100 % de la TVA engagée dans les secteurs de l’hébergement, de la culture et de la restauration sur une période de 12 semaines, et ce solde sera également disponible pour utilisation dans ces secteurs sur une autre période de 12 semaines. Le Gouvernement conditionne toutefois l’entrée en vigueur de la mesure où la crise sanitaire évolue.

16. L’adhésion aux moratoires bancaires est prolongée jusqu’en mars

Afin de faire face aux contraintes de liquidités et de trésorerie découlant de l’impact économique de la deuxième vague de la pandémie, le gouvernement a approuvé un amendement au régime de moratoire bancaire, permettant de nouvelles adhésions jusqu’au 31 mars et pour une période maximale de neuf mois à compter de la date d’adhésion. Par exemple, les familles et les entreprises qui demandent un moratoire début janvier pourront en bénéficier jusqu’à la fin septembre. Si l’adhésion est communiquée à la banque à la fin du mois de mars, le moratoire restera en vigueur jusqu’à la fin de l’année. Les entreprises qui font partie des secteurs les plus touchés par la pandémie bénéficient encore d’une prolongation de la durée de leurs crédits, sur une période de 12 mois, en plus de la période de report des crédits, permettant d’effectuer les versements de manière plus progressive et en fonction de l’évolution de l’activité économique.

17. Garanties publiques pour les mesures de soutien à l’économie

Le budget prévoit l’octroi de garanties publiques pouvant atteindre 6 milliards d’euros, permettant la création de lignes de crédit pour soutenir l’économie. Ce montant, qui s’adresse aux entreprises et aux ménages, comprend le maintien de l’emploi et le soutien à la liquidité et à la trésorerie des opérateurs économiques.

18. Réduction des prix des péages sur les ex-SCUT et les autoroutes de l’intérieur

À partir du 11 janvier, les particuliers fréquents et les véhicules de transport de voyageurs bénéficieront de réductions sur le passage par les péages de l’ancienne SCUT. Les véhicules des classes 1 et 2 bénéficient d’une réduction de 25 % par rapport au 8e jour d’utilisation d’un mois sur la même route. La réduction s’applique à certains trajets ou sous-lancements à 10 voies : A22 – Algarve ; A23 – IP ; A23 – Beira Interior ; A24 – Interior Norte ; A25 – Beiras Litoral e Alta ; A28 – Norte Litoral ; A4 – Sous-concession AE transmontana ; A4 – Tunnel de Marão ; A13 et A13-1 – Sous-concession de Pinhal Interior. Dans le cas des véhicules de fret, la réduction actuelle de 30 % le jour et de 50 % la nuit passe, respectivement, à 35 % et 55 %. La réduction de 55 % couvre également les week-ends et les jours fériés. Ce régime de réduction est étendu au transport de passagers sur ces dix routes, en plus de la concession du Grand Port (A4, A41 et A42) et des concessions de la Côte d’Argent (A17, A25 et A29).