C’est l’été, l’heure est aux vacances mais aussi à l’expatriation. C’est en tout cas ce que révèle le résultat des 2 récentes études menées par RANDSTAD et Expat.com.

Mauvaises perspectives économiques, progression de carrière limitée, de plus en plus de salariés français sont désireux de quitter l’Hexagone. Cette tendance ne se cantonne pas exclusivement aux cadres. Si un haut degré de qualification représente un gage de réussite non négligeable dans une aventure à l’étranger ; les français de tous bords sont de plus en plus nombreux à vouloir prendre le large.

Un sondage publié par RANDSTAD avance les chiffres suivants :

2017240_expatriation-un-francais-sur-deux-se-dit-pret-a-partir-travailler-a-letranger

La France serait-elle devenue une terre d’exile ? 50% des personnes interrogées se disent prêtes à partir dès aujourd’hui pour retrouver des conditions plus favorables ailleurs.

Au niveau européen l’Hexagone se classe 5e des destinations les plus affectées par ce phénomène d’exode.

Toutefois, il est utile de préciser que les candidats à l’expatriation ne constituent en réalité qu’une faible majorité d’individus.

Au-delà, d’un certain âge, nos compatriotes sont de moins en moins téméraires. Certes, beaucoup de retraités profitent des mannes fiscales offertes par des pays comme le Portugal, mais les quarantenaires ou les séniors coupent les ponts avec la France de manière modérée. La donne la plus préoccupante c’est la proportion massive de jeunes expatriés qui s’amplifie.

Beaucoup de millennials ambitieux fuient à grande vitesse vers de nouvelles contrées. Et leur nombre ne cesse d’augmenter année après année.

Selon Expat.com, on compterait 28 000 français de moins de 35 ans au Royaume-Uni. Quoique l’on puisse dire, le Brexit n’a pas freiné les ardeurs des jeunes dans leur choix pour la Grande-Bretagne. 14.3% d’entre eux ont privilégié Londres en priorité, bien avant tout autre pays. L’Espagne et l’Australie comptabilisent 5.7% des intentions, les Etats-Unis 5.3% et l’Allemagne 4.9%.

Source