On parle souvent de la règle des 183 jours en France pour être non résident fiscal français et donc ne plus y payer d’impôt ! Quand est-il exactement

Mais attention, il ne s’agit que d’un critère sur les 4 et donc si vous répondez à l’un des 3 autres. Le sujet reste entier !

Pour rappel les critères sont :

• le foyer ou le lieu de leur séjour principal : le foyer s’entend du lieu où le contribuable habite normalement, c’est-à-dire du lieu de la résidence habituelle, à condition que cette résidence en France ait un caractère permanent.

• ou leur activité professionnelle : sont également considérées comme ayant leur domicile en France les personnes qui exercent en France une activité professionnelle, salariée ou non, à moins qu’elles ne justifient que cette activité y est exercée à titre accessoire.

• ou le centre de leurs intérêts économiques, il s’agit du lieu où les contribuables ont effectué leurs principaux investissements, où ils possèdent le siège de leurs affaires, d’où ils administrent leurs biens.

Si l’un de ces critères est rempli, le contribuable sera considéré comme ayant son domicile fiscal en France et sera donc soumis à l’impôt sur une base mondiale incluant tous les revenus et actifs de source française et étrangère. Il est à ce stade fortement conseillé de faire un bilan patrimonial expatriation pour définir les risques et les ajustements à réaliser pour ne pas risquer d’être qualifié de résident fiscal français.

Puis en cas de conflit, on fera appel à la convention fiscale (en espérant qu’il en existe une avec votre pays d’expatriation) pour trancher le conflit.

Mais c’est quoi ce principe des 183 jours ?

En règle générale, doivent être considérés comme ayant en France le lieu de leur séjour principal les contribuables qui y séjournent pendant plus de six mois au cours d’une année donnée

On parle donc de 183 jours ou d’une demi-année sur le territoire français … mais il faut plutôt raisonner en terme de « séjour principal ».

La condition de séjour principal est réputée remplie lorsque les contribuables sont personnellement et effectivement présents à titre principal en France, quels que puissent être, par ailleurs, le lieu et les conditions de séjour de leur famille.

D’ailleurs, il importe également que les intéressés vivent à l’hôtel, chez l’habitant ou dans un logement mis gratuitement à leur disposition.

Toutefois, la règle de la durée ne constitue donc pas un critère absolu. Ainsi, un contribuable ayant séjourné au cours d’une même année dans plusieurs pays sera considéré comme domicilié fiscalement en France si la durée de son séjour en France est supérieure à celle des séjours effectués dans les autres pays. C’est ce que nous rappelle d’ailleurs la jurisprudence.

A noter que cette règle des 6 mois ne s’applique pas pour l’imposition des revenus de l’année au cours de laquelle le contribuable acquiert un domicile en France ou, au contraire, transfère son domicile à l’étranger.

Source

On parle souvent de la règle des 183 jours en France pour être non résident fiscal français et donc ne plus y payer d’impôt ! Quand est-il exactement