On savait que le pays était devenu en quelques années une des destinations préférées des Français expatriés. Conséquence : les prix explosent à Lisbonne et dans l’Algarve.

Les Français sont aujourd’hui les premiers investisseurs étrangers dans l’immobilier portugais, déclassant pour la deuxième année consécutive, les Britanniques et les Chinois. Ainsi près de 30 % des biens achetés par des non Portugais ont été acquis par des Français en 2017, selon l’association des professionnels de l’immobilier portugais. Ils sont surtout attirés par Lisbonne et la région de l’Algarve au sud du pays.

En quatre ans, le nombre de Français installés au Portugal a plus que quintuplé pour atteindre le chiffre de 50 000 (contre quelques milliers en 2013), dont 80% de retraités, selon la Chambre de commerce et d’industrie franco-portugaise (CCIFP). On constate également une envolée des prix depuis la mise en place de cette mesure fiscale et de l’arrivée des nouveaux résidents. Ils restent cependant encore mesurés, le Portugal n’ayant pas connu de bulle spéculative dans les années 2000 comme la France. »

Climat, sécurité et qualité de vie

Outre le climat, la sécurité et la qualité de vie, ce sont notamment les mesures fiscales votées au Portugal en janvier 2013 qui continuent d’attirer les acheteurs étrangers. Ainsi, grâce au statut RNH (résident non habituel), les expatriés retraités sont exonérés d’impôt pendant dix ans, à condition d’y passer au moins 183 jours par an et de ne pas y avoir été résident fiscal au cours des cinq dernières années.

Les Français investissent en moyenne entre 200.000 et 250.000 euros dans l’acquisition d’un logement. À ce prix-là, vous pouvez obtenir une belle maison de 100 à 150 m², proche de la mer et du centre-ville. Les logements qui coûtent entre 300 et 350 000 euros sont également très recherchés. Et pour un budget compris entre 750 000 et un million d’euros, vous pourrez acquérir une luxueuse résidence de 300 m², proche de la mer.

Les retraités sont recherchés…

Une mesure très attractive qui s’adresse autant aux retraités, le Portugal n’a ni IFI (impôt sur la fortune immobilière) ni taxes sur la succession. Il s’agit à 80 % de retraités du privé, mais aussi de professions libérales (entrepreneurs , techniciens, architectes, ingénieurs, artistes, professionnels de la santé, etc.), le statut RNH leur permettant de n’être imposés qu’à 20 % sur leurs revenus générés et perçus au Portugal.

Concernant l’imposition de l’héritage, les transmissions à titre gratuit effectuées dans le cadre d’un décès ou d’une donation sont exonérées de droit de timbre. Sont concernés les descendants ou les ascendants et les personnes mariées. Cette exonération ne s’applique toutefois pas aux biens immobiliers situés au Portugal.

Achetez sereinement même sans agence immobilière, à l’aide de notre guide immobilier