Depuis 2013, le Portugal a mis en place une exonération quasi-totale d’impôt sur le revenu (pendant 10 ans) pour les expatriés s’installant dans le pays. Très efficace dans les premiers mois, cette mesure est-elle encore suffisante pour attirer de nouveaux résidents ? Réponse avec Cécile Goncalves, directrice de l’agence immobilière Maison au Portugal.

La Tribune : Comment fonctionne l’exonération d’impôt pour les nouveaux résidents ? Est-elle réservée aux seniors ?

Cécile Goncalves, directrice de Maison au Portugal : L’avantage fiscal mis en place en 2013 repose sur le statut de résident non habituel, qui suppose de ne pas avoir résidé fiscalement parlant au Portugal au cours des cinq derniers années, mais il n’est pas soumis à des conditions d’âge ou de nationalité. Cela permet d’attirer à la fois des retraités, avec un fort pouvoir d’achat, et des professionnels dans des secteurs qui en ont besoin. Cela va concerner principalement les activités à forte valeur ajoutée : les entrepreneurs, les architectes, les designers, etc.

Si un retraité Français s’installe au Portugal, il ne paiera donc pas d’impôts sur ses pensions de retraite pendant dix ans. Quelqu’un qui vient pour travailler ne paiera que 20% de taxe sur les revenus perçus grâce à son activité au Portugal pendant dix ans également.

Cet avantage fiscal peut-il être remis en cause prochainement ? Si oui, l’exonération sera-t-elle stoppée pour ceux qui en bénéficient ?

Toutes les personnes arrivées depuis 2013 continueront quoiqu’il en soit à bénéficier de l’exonération d’impôt car faire une loi rétroactive est anticonstitutionnel au Portugal. De plus, de ce que nous percevons ici au Portugal, le fait de la remettre en cause n’est pas d’actualité. La mesure a été promulguée par le gouvernement de droite actuel mais avait déjà été envisagée par le gouvernement socialiste précédent, il y a donc un vrai consensus politique. Les Portugais sont majoritairement favorables à cette exonération, dans une vraie démarche pragmatique : ils savent à quel point c’est bénéfique pour l’économie du pays.

Quel est le profil-type de l’expatrié au Portugal ?

En 2015, les trois pays les plus pourvoyeurs en nouveaux résidents étaient la Grande-Bretagne (23%), la Chine (18%) et la France (16%). Sur le premier semestre de l’année 2016, les Français sont passés en tête, représentant 25,5% des nouveaux arrivants, selon les prévisions de l’Apemip. Parmi nos clients, nous avons plus de 80% de retraités ou de personnes qui s’apprêtent à l’être et qui anticipent.

Outre l’aspect fiscal, pourquoi ces nouveaux résidents choisissent le Portugal ?

Les raisons sont multiples : le climat méditerranéen, le côté authentique du centre de Lisbonne et de certains villages, l’aspect littoral, la gastronomie, la culture, etc. Il y a une vraie douceur de vivre au Portugal qui séduit rapidement les expatriés. Pour preuve, aucun de nos clients parti ces dernières années n’est encore revenu ! Il y a également un vrai gain en pouvoir d’achat estimé à 35% pour les Français s’installant au Portugal. C’est aussi un pays très calme, qui rassure.

L’arrivée massive de nouveaux résidents ne risque-t-elle pas de faire grimper les prix de l’immobilier ?

On compte environ un quart d’acheteurs étrangers dans l’immobilier portugais aujourd’hui, ce qui est une part certes importante mais pas délirante. Mais il est vrai que les prix ont commencé à remonter depuis la mise en place de cette mesure fiscale et de l’arrivée des nouveaux résidents. Ils restent cependant encore mesurés, le Portugal n’ayant pas connu de bulle spéculative dans les années 2000 comme la France. Par exemple, pour les biens vendus sur notre site (donc des biens neufs ou rénovés), le prix au mètre carré varie de 4 à 9.000 euros pour le centre de Lisbonne. Dans l’Algarve, au sud du pays, le mètre carré démarre à 2.500 euros.

Source